bouton bouton bouton
» Découvrir les autres pays d'Asie

image bouton chinois image bouton Chine image bouton voyager image bouton découverte

Comparateur de vols
bouton Forum
lien cours de chinois Plus

bonus
bonus
bouton
La cuisine qui fait parler - Chine vs. reste du monde


On critique beaucoup les Chinois pour leurs habitudes alimentaires. On les accuse de manger des animaux de compagnie ou des "choses bizarres" et on pointe du doigt les conditions d'élevage et d'abattage des animaux.

Pourquoi les critiques envers la Chine prennent-elle tant d'ampleur? Est-ce vraiment si différent ailleurs?

Aujourd'hui, et depuis toujours, on mange de tout à travers le monde, toutes sortes fruits et légumes, un nombre incalculable d'espèces de poissons, de crustacés ou de reptiles et tout ce qui a des pattes. Cochons, moutons, autruches, chameaux, singes, chiens ou chats, ils passent tous à la casserole en ce moment même quelque part sur notre planète.

Étant donné que se nourrir est un besoin pour l'homme, il est difficile de critiquer le fait même de manger. On peut alors critiquer le fait de manger certaines catégories d'aliments comme la viande. Les animaux ressentent la douleur et font preuve d'intelligence alors pourquoi les manger alors que l'on peut trouver des sources de protéines ailleurs. Après tout, les végétariens ne se portent pas plus mal que les autres et certaines études tendent même à démontrer que le végétarisme est bon pour la santé.
En revanche, si l'on accepte le principe de manger de la viande, pourquoi critiquer l'abattage de certains animaux plutôt que d'autres. Les personnes qui s'élèvent contre la cuisine à base de chien en Chine sont-elles végétariennes? Si "oui" pourquoi défendre le chien alors qu'il n'est consommé que de façon marginale? Si "non" pourquoi accepter de tuer d'autres animaux mais pas les chiens? Une vache aurait-elle moins le droit à la vie qu'un chien? Y a-t-il un classement des espèces qui ont plus le droit à la vie que d'autres avec tout en haut de l'échelle l'homme suivi du chien?

Objectivement pourtant, un chien est relativement inutile. Normalement la disparition des abeilles qui participent activement à l'équilibre de l'écosystème devrait être bien plus alarmante que la cuisine de certains animaux en Chine. Alors pourquoi défendre autant le chien?

La réponse à cette question est en fait très simple. Le chien est le meilleur ami de l'homme, il est son complice, presque un membre de la famille. On voit des chiens sauver des hommes mais les cas de vaches qui sauvent des vies humaines sont plus rares. Si l'on accepte que l'on mange une vache et pas un chien, c'est tout simplement parce qu'on aime plus les chiens. C'est un choix arbitraire et égoïste, on aime les chiens car ils nous apportent quelque chose de bien dans la vie. Alors qu'une vache...

On sait que l'homme est souvent plus sentimental que réfléchi. Ce n'est pas nouveau et ça ne changera sûrement jamais puisqu'un monde sans sentiments serait invivable.

Mais qu'en est-il du respect d'autrui? De sa culture? Lorsque l'on reproche aux Chinois de manger du chien ne fait-on pas preuve d'irrespect? Ne veut-on pas imposer sa culture? Ne sommes-nous pas les premiers à défendre l'identité culturelle? Et pourquoi le plus grand pays du monde serait-il celui qui est dans l'erreur? D'autant que la consommation du chien est bien plus répandue dans d'autres pays comme les Philippines et surtout la Corée du Sud qui est une grande démocratie et la 11e puissance économique mondiale.

Surtout, pourquoi critiquer les Chinois dans leur ensemble et de manière si virulente et parfois raciste? Récemment un article d'Ici-Asie sur la viande de chat a été repris sur un blog. On l'a copié à l'identique à l'exception d'une phrase qui a été ajouté au titre: "Pas dans le chinois qui est un vrai barbare". Est-ce que c'est faire preuve d'intelligence que de tenir des propos racistes envers un peuple car une minorité de personnes, dans certaines régions, consomment du chat? On n'a jamais entendu personne traiter les Français de barbares parce qu'ils mangent du lapin ou du cheval. D'ailleurs, on trouve des personnes qui militent contre la consommation de chien ou de chat en Chine exactement comme on trouve des personnes qui protestent contre la consommation de cheval en France. Plus même, car beaucoup de Chinois ont conscience du fait que certaines de leurs pratiques alimentaires donnent une mauvaise image de la Chine à l'étranger alors que le Français est souvent totalement inconscient qu'une grande partie du monde trouve horrible de manger du lapin.

Alors peut-être tout simplement que l'image d'une viande de cheval vendue dans un rayon de supermarché, découpée et emballée dans un film cellophane, entraînera moins de réaction qu'une photo de carcasse de chien ensanglantée sur un marché chinois. Mais peut-on se faire une image correcte d'un pays via une photo ou encore un reportage télé. Évidemment non. Il suffit d'avoir mis le pied en Chine pour savoir que le quotidien alimentaire chinois est tout ce qu'il y a de plus banal. On mange beaucoup de nouilles et de riz, et les viandes les plus consommées sont le porc, la volaille, le boeuf et en quatrième position le mouton, très loin devant le chien ou le chat qui sont des viandes consommées de façon locale et plutôt marginale. Alors bien sûr, on voit des choses étranges sur les marchés comme des groins de porcs ou des foetus de poussins en brochette, mais on trouve des choses exotiques partout dans le monde. Manger des escargots, des huîtres ou des cuisses de grenouilles paraît dégoûtant aux yeux de la plupart des populations.

Quand on entend que 4 millions de chats sont tués en Chine chaque année cela paraît énorme mais cela représente 1 chat par an pour 350 habitants. C'est dire si cette viande est peu consommée. Proportionnellement, jusqu'à cette année, on tuait certainement bien plus de chats en Suisse pour faire des chapeaux. Pour les chiens, toujours en Chine, on parle de 300'000 animaux consommés par an. Le chiffre brut est énorme mais représente un chien par an pour 1500 personnes. En France un ménage consomme 2,3 kg de viande de cheval par an. Bien sûr une pratique n'excuse pas l'autre mais la comparaison permet de relativiser. Pour un chinois qui mange du chien, au moins un millier est en train de manger un hamburger au McDo.

image



Mais tout autant que le fait de consommer du chien ou du chat, ce sont les conditions d'élevage qui sont dénoncées. Les animaux sont entassés dans des cages et souvent maltraités.
La plupart des personnes trouvent les critiques des défenseurs des animaux sur ce point légitimes. En effet il est difficile d'accepter que l'on traite des êtres vivants de façon si ingrate, et même si l'on peut être indifférent au problème, on peut difficilement le justifier. Ceci dit, il est bon de rappeler que le problème existe partout dans le monde, pas pour le justifier mais pour montrer que la Chine n'est pas un cas particulier. On entend régulièrement parler des conditions d'élevage des animaux et aucun pays n'échappe aux problèmes. Depuis peu, on parle beaucoup du poulet américain trempé dans le chlore après l'abattage pour l'assainir et effacer tous les problèmes de mauvaises conditions d'élevage. Récemment, l'élevage du lapin en Italie a été pointé du doigt par la chaîne de télévision suisse TSR et généralement tout élevage intensif a déjà fait l'objet de critiques.
Le problème avec la Chine est surtout que l'on a l'impression que les maltraitances pourraient être supprimées facilement car le vendeur de chiens sur le marché n'a pas à gérer des milliers d'animaux. Est-ce que c'est ce qui lui vaut des critiques plus féroces qu'envers les autres éleveurs?

En plus des méthodes d'élevage sont également critiquées les conditions d'abattages des animaux. Il arrive que les animaux, surtout les chiens, soient battus à mort avant d'être cuisinés pour faire monter leur taux d'adrénaline, ce qui permettrait à la viande consommée d'avoir un effet bénéfique sur la virilité des hommes. Cette pratique indéfendable n'est toutefois que très marginale, aussi marginale que de manger un poisson encore vivant au Japon et certainement plus marginale que de bouillir un homard vivant ailleurs dans le monde. D'autres pratiques, en France par exemple, sont encore plus terribles. Comme le gavage de oies qui est considéré comme de la torture par beaucoup et interdit dans de très nombreux pays. Malheureusement, quand on mange du foie gras tous les ans à Noël, la méthode est plus difficile à condamner. Là encore, une pratique n'excuse pas l'autre mais pourquoi tolérer l'une plutôt que l'autre?


En conclusion disons simplement que si la Chine, et c'est valable pour la nourriture comme pour le reste, est critiquable sur de nombreux points, elle est également victime de nombreux préjugés, et rappelons que dénoncer un problème et insulter une nation sont deux choses bien différentes.


Sources

Information about Vegetarian Diet, www.pcrm.org, visité le 22 avril 2008

Chiffres clés du cheval, www.civ-viande.org, visité le 22 avril 2008

Lapins: conditions d'élevage dénoncées, www.tsr.ch, visité le 22 avril 2008

Meat Consumption From Around the World, www.worldwatch.org, visité le 22 avril 2008





logo  Auteur: Tev

logo  Retour

Nos partenaires

partenaire  partenaire  partenaire  partenaire  partenaire  partenaire
» Tous nos partenaires